Table-ronde sur la méthanisation en milieu rural dans le département du Rhône (06/10/14)

Synthèse de l'atelier n°1

 
 

Les différentes facettes de l’accompagnement d’un projet

La table ronde a reposé sur la présentation de M Klein, éleveur bovin dans les Monts du Lyonnais, dont le montage du projet Methamoly a nécessité 2 ans et demi de travail.

L’implantation se situe à cheval sur les départements de la Loire et du Rhône.

Il ressort de cette présentation quelques lignes fortes :

- motivation sans faille de 4 agriculteurs qui ont engagé une réflexion collective sur les avantages de la méthanisation en s’appuyant sur le concours de la collectivité locale (SIMOLY) pour le financement mais également pour la recherche de terrain abordable et adapté,

-respect de chaque étape d’élaboration : étude de faisabilité SIMOLY avec financement ADEMEagence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie / Région et appui RAEE,

-structure originale de SAS associant 12 agriculteurs (METHAMOLY), un fonds d’investissement citoyen « Energie partagée »agréé par l’AMF, un distributeur d’Energie (Enesco) et les collectivités via une SEM ; des discussions sont en cours avec GRDF Suez

Enfin,une étude « analyse cycle de vie » est en cours avec l’appui d’IFPEN RA pour consolider l’intérêt du projet.

Quelques constats :

-les agriculteurs peuvent garder la main dans le cadre de projets en partenariat,

-les projets sont tous différents ; pas de modèle préétabli mais plutôt une méthodologie à définir,

-une association des citoyens selon des modalités à identifier pour rendre les projets acceptables,

-la difficulté à trouver des fonds propres en phase initiale,

-la nécessité d’un accompagnement technique proche et de simplifier le montage financier et administratif.

Compte tenu des diverses exigences décrites, M. DESPRAS, Vice-président de la Chambre d’Agriculture, pose la question du comment faire pour porter un projet dans des délais raisonnables permettant un retour sur investissement rapide.

L’accompagnement en est la clé de voûte et la Chambre d’agriculture a un rôle fort à jouer. La méthanisation est une vraie opportunité mais sa mise en œuvre nécessite une organisation rigoureuse.

Mme LEFAUCHEUX rappelle le rôle de facilitateur de l’ADEMEagence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie qui soutient des programmes de recherche et développement, des actions d’évaluation et accompagne le montage des projets. Avec la Région en liaison avec le comité régional des banques, des réflexions sont menées sur le volet financier. Enfin, l’ADEMEagence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie finance RAEE avec la Région pour l’aide au montage des projets.

Mme DURRANT indique que la Région Rhône Alpes finance 5/6 projets/anvia les fonds européens. M. LEMAIGNAN rappelle que le fonds d’investissement OSER, créé par la Région, a vocation à aider les projets territoriaux qui le nécessitent par une prise de participation en fonds propres pour faciliter les tours de table financier.

Lionel TRICOT souligne les progrès accomplis dans la capacité d’accompagnement méthodologique des projets et pour les rendre plus efficaces (rendement, meilleures technologies). Il reste à ses yeux 3 points à améliorer :

-acceptation sociale: mobilisation fréquente de riverains contre les projets,

-rentabilité du projet : tarif de rachat de l’énergie pas encore suffisamment attractif, redevance pour traitement des déchets aléatoire dans un secteur très concurrentiel,

-complexité des acteurs : besoin d’une meilleure visibilité sur les démarches.

Suite aux interventions de la Communauté de Communes de l’est lyonnais,de la chambre d’agriculture et de porteurs de projets sur la question des délais de mise en œuvre, il ressort des échanges que :

-le moment et la stratégie de communication sont essentiels pour la réussite du projet ; un diagnostic préalable du contexte peut contribuer à mettre en place cette stratégie de communication ;

-la médiation par une tierce personne peut s’avérer nécessaire ;ce rôle ne peut pas être assumé par un expert technique mais pourrait être porté par une collectivité avec l’intégration du projet dans sa stratégie énergétique

-la typologie des projets détermine leurs temps de réalisation et donc le délai de retour sur investissement.