Actualités

L’État mobilisé au soutien des plus démunis dans un objectif de lutte contre le sans-abrisme

 
 
L’État mobilisé au soutien des plus démunis dans un objectif de lutte contre le sans-abrisme

La période hivernale 2021-2022 intervient dans un contexte renouvelé où l’ensemble des moyens à disposition permet d'aborder l'hiver dans de meilleures conditions que les années précédentes.

En effet, pour la première fois, à l’échelle nationale, le parc d’hébergement est maintenu à un niveau historique de 200 000 places (contre 140 000 places avant la crise sanitaire) afin notamment de sortir d'une gestion dite « au thermomètre », des crédits supplémentaires ont été alloués pour renforcer les Services Intégrés de l’Accueil et de l’Orientation (SIAOservice intégré d'accueil et d'orientation), les accueils de jour et plus globalement la veille sociale.

En ce sens, Pascal Mailhos, préfet de la région Auvergne-Rhône-Alpes, préfet du Rhône, a engagé la transformation du plan de soutien des plus démunis dans un objectif de lutte contre le sans-abrisme dans le Rhône et la Métropole de Lyon. Sur ce territoire, le parc avant crise était de 5983 places (2019 hors renfort hivernal) puis de 6557 places en 2020. En 2021, le parc, désormais pérennisé et ouvert toute l’année, compte 7897 places ouvertes (1447 places ont été pérennisées en juin dernier, 184 places en 2020).

En corollaire de cette évolution, une reconfiguration du parc est mise en place dans une trajectoire pluriannuelle qui rompt avec la gestion « au thermomètre » de l’hébergement d’urgence. Ainsi le recalibrage de l’offre d’hébergement intègre le parc pérenne et le parc exceptionnel afin de répondre à la demande toute l’année, y compris en période hivernale.

COMMENT FONCTIONNE L’HÉBERGEMENT D’URGENCE ?

L’objectif de l’hébergement d’urgence est d’apporter, en fonction des signalements des acteurs de la veille sociale transmis à la Maison de la veille sociale (MVS), des réponses adaptées aux besoins des personnes qui sont à la rue, en particulier les familles avec enfants, les jeunes en rupture familiale, les femmes victimes de violences, les personnes de santé fragile et les personnes les plus désocialisées.

La demande d’hébergement recouvre cependant des réalités très diverses. Une grande part des ménages en demande d’hébergement dispose en effet de solutions personnelles, parfois très précaires, pouvant aller de l’hébergement dans la famille ou chez des tiers, à des squats.

Le parc d’hébergement d’urgence est donc calibré pour apporter des réponses adaptées tout au long de l’année :

    • un accès au logement (autonome et adapté) favorisé pour toute personne engagée dans un parcours d’insertion
    • rupture d’une gestion au thermomètre de l’hébergement
    • des places supplémentaires mobilisées en période exceptionnelle
Capacités d’accueil en hébergement 2014 2020 2021 Evolution 2014/2021 Evolution 2019/2021
Mise à l’abri 1 834 4 413 5 680 + 210 % + 29 %
Places d’insertion 1 261 2 144 2 217 + 76 % + 3 %
Parc pérenne total 3 095 6 557 7 897 + 155 % + 20 %
Parc hivernal total 955 1 452      
Places supplémentaires     500    
Total 4 050 8 009 8 397 + 107 % + 5 %

Dans les prochaines semaines, 500 places supplémentaires, implantées en majorité dans des structures collectives pour favoriser l'accompagnement des bénéficiaires et travailler à leur insertion, viendront renforcer le dispositif existant de façon échelonnée notamment dans les villes de Lyon et Villeurbanne :

    • 150 à fin novembre, dont 101 places ouvertes dès le 25 novembre,
    • 285 début décembre
    • 455 à mi-décembre
    • 500 tout début 2022

Pour ce faire, la politique d’hébergement menée par l’État dans le Rhône et la Métropole de Lyon mobilise des moyens financiers importants qui s’élèvent à plus de 78 millions d’euros en 2021.

La politique d’hébergement s’inscrit dans un parcours global de sortie de pauvreté

Pour répondre au double objectif de la « stratégie pauvreté » mise en place par le gouvernement visant à apporter des réponses concrètes aux situations de précarité et proposer un parcours global de sortie de pauvreté aux personnes les plus vulnérables, l’État garantit un accompagnement adapté à toutes les situations :

    • Réaliser une évaluation sociale approfondie de toute personne hébergée, y compris en accueil inconditionnel, travailler à des solutions adaptées à la situation des personnes
    • Assurer un accès aux soins pour tous
    • Favoriser l’accès au logement dans le cadre de l’Accompagnement vers et dans le logement (AVDL) : 270 ménages accompagnés et une hausse de 18% des financements dédiés à l’AVDL (hors DALODroit opposable au logement entre 2020 et 2021)
    • Multiplier les approches pluridisciplinaires coordonnées
    • Promouvoir les initiatives conjointes emploi-logement

Enfin, il s’agit de favoriser l'accès aux logements sociaux. En 2020, l’opération « 0 remise à la rue » co-pilotée par l’État et Métropole de Lyon avait permis de mobiliser les partenaires et trouver des solutions de relogement des publics. Cette mobilisation des acteurs, reconduite au printemps 2021 dans le cadre d’une réunion en préfecture, vise à maintenir l’objectif permettant une mise à disposition accélérée de 500 logements sociaux (80 par mois) par les bailleurs sociaux et les réservataires, dans le cadre des accords collectifs intercommunaux d’attribution. Au 31 octobre 2021 :

  • 580 ménages en accès au logement (440 ménages entrés au logement, 140 en cours d’orientation) ;
  • 392 ménages pour lesquels des propositions de logement sont travaillées.

Une veille sociale renforcée

La maison de la veille sociale (MVS) recense toutes les demandes d’hébergement et oriente, sur la base d’un diagnostic social, les ménages vers les places déclarées vacantes par les structures d’hébergement. En augmentation de 24,12 % par rapport à 2020, les moyens dédiés à la veille sociale pour assurer un repérage des situations tout au long de l’année sont de 2,82 millions d’euros en 2021.

En cohérence avec les objectifs de la politique du « Logement d’abord », le SIAOservice intégré d'accueil et d'orientation du Rhône où est implanté le 115 (joignable toute l'année 7 jours/7 et 24 h/24), tient un rôle pivot dans un objectif d’accélération de l’accès des ménages vers le logement et de consolidation de l’observation sociale des publics en situation de précarité. En ce sens, les effectifs du SIAOservice intégré d'accueil et d'orientation du Rhône ont récemment été renforcés avec le recrutement de 5 agents en juillet dernier.

QUELS DISPOSITIFS SPÉCIFIQUES SONT MIS EN PLACE EN PÉRIODE HIVERNALE ?

Comme chaque hiver, pour faire face aux vagues de froid, et dans le cadre de la gestion des impacts sanitaires et sociaux, les pouvoirs publics s’organisent en déployant des solutions adaptées à la situation des personnes, dans le respect des principes fondamentaux de l’hébergement : inconditionnalité de l’accueil, accompagnement des ménages dans leurs parcours d’insertion, continuité de la prise en charge.

Les périodes hivernales nécessitent des adaptations de la veille sociale afin d’assurer le meilleur maillage territorial possible et repérer les publics qui se situent en dehors des circuits classiques de l’accompagnement et de l’hébergement :

  • renforcement des maraudes des équipes mobiles de nuit du Samu social sur le territoire de la Métropole de Lyon, et de la Sauvegarde 69 sur le territoire de Villefranche-sur-Saône ;
  • extension de l'ouverture des accueils de jour de la Rencontre, Péniche accueil et Accueil St-Vincent ;
  • renforcement des effectifs au 115 afin de faire face, en période exceptionnelle, aux situations signalées par les acteurs de la veille sociale ;
  • ouverture de places supplémentaires pour protéger les personnes en cas de grand froid. L’État mobilisera des moyens exceptionnels pour assurer le repérage, l’accueil de courte durée et inconditionnel et l’accompagnement des personnes sans domicile. Jusqu'à 160 places en gymnase sont mobilisables, sur instruction du Préfet, à la suite de l'activation du « plan Grand froid »
    • Mobilisation associative : FNDSA, Croix Rouge française et Banque Alimentaire pour le fonctionnement des gymnases
    • Mise à disposition des gymnases par la Ville de Lyon, équipement en lits et espace repas
    • Mise à disposition de bacs et ramassage des déchets par les services de la Métropole de Lyon