La Direction Interregionale de la Police Judiciaire

 

HÔTEL DE POLICE
 40, rue Marius-Berliet
 69371 Lyon CEDEX 08
 T él. : 04.78.78.40.40
 Fax. : 04.78.76.61.60
 
 Permanence 24 h/24 : Tél. : 04.78.78.40.06
 
 
 Directeur interrégional :
 M. Christophe ALLAIN - Contrôleur Général
 
 Directeur adjoint :
 Nathalie TALLEVAST - Commissaire divisionnaire
 
 
 
 
 
 La D.I.P.J. de Lyon regroupe 2 S.R.P.J. (Lyon et Clermont-Ferrand). Son ressort territorial s’étend sur 12 départements comprenant 24 tribunaux de grande instance et 5 cours d’appel.
 
 
 
 Le siège de la D.I.P.J. se compose de :
 
 · L’Etat Major créé en mars 2004 et dirigé par un commissaire principal, assisté d’un commandant à l’emploi fonctionnel. Cette structure regroupe le service interrégional de l’information et des diffusions (S.I.R.I.D.) et l’unité informatique.Chargé également de la communication et de l’accueil des stagiaires, elle dispose d’un secrétariat qui prend en charge les statistiques du service. Le chef d’état major assure en outre le suivi des questions de coopération internationale et notamment du travail des fonctionnaires de police judiciaire aux C.C.P.D. de Genève et de Modane.
 
 
 · La Division Administrative placée sous l’autorité d’un attaché de police.
 
 
 · La Division de Police Technique regroupant le service régional de documentation criminelle (S.R.D.C.), le service régional d’identité judiciare (S.R.I.J.) et le service régional de l’image et des traces technologiques (S.R.I.T.T.).
 
 
 Le S.R.I.J. et le S.R.I.T.T. de Lyon couvrent le ressort du S.R.P.J. de Lyon (8 départements) et entretiennent des relations étroites avec le S.R.I.J. de Clermont-Ferrand auquel ponctuellement, et pour des missions spécifiques, ils prêtent leur assistance.
 Ces personnels sont répartis au sein des quatre groupes du S.R.I.J. (F.A.E.D., Intervention, Criminalistique) et du S.R.I.T.T. dirigé par un technicien.
 Pour l’heure, des personnels sont brevetées I.J. et assurent des permanences. Une unité balistique de proximité est fonctionnelle dans les locaux de la D.I.P.J. depuis septembre 2006. Cette unité a réalisée au cours des cinq premiers mois de l’année 2007 601 travaux balistiques (armes, munitions, autres examens techniques…)
 
 
 Durant les deux premiers trimestres 2007, le F.A.E.D. de Lyon à été à l’origine de 444 identifications d’individus concernant 422 affaires, plaçant ainsi le S.R.I.J. de Lyon, en terme de résultats, au premier rang des sites régionaux des F.A.E.D.
 
 
 Le groupe de la criminalistique multiplie également ses activités, développant notamment des domaines peu exploités jusqu’alors au S.R.I.J. de Lyon : comparaison d’écritures, examen de faux documents, développement de l’utilisation des moyens de révélations physico chimiques des traces papillaires latentes …
 
 
 · La Division Criminelle
 
 
 La division criminelle est structurée autour de deux grandes sections et de petites unités complémentaires :
 
 

 La Section Criminelle et de Répression du Banditisme : dirigée par un commissaire de police.
 
 
 La brigade Criminelle se répartit en deux groupes consacrés notamment au traitement des affaires d’homicides complexes, de terrorisme, de pédophilie par l’intermédiaire de réseaux Internet.
 
 La brigade de répression du banditisme est composée de quatre groupes d’enquêteurs, dont 95 % de l’activité sont centrés sur les vols à main armée, les 5 % restants concernant toutes les autres activités liées au grand banditisme.
 
 
 La Section des Stupéfiants et du Proxénétisme : également dirigée par un commissaire, assisté d’un commandant à l’emploi fonctionnel.
 
 La brigade des stupéfiants composée de quatre groupes consacrés à la lutte contre le trafic de stupéfiants. Travaillant essentiellement sur les gros réseaux d’importation en provenance du Maroc via l’Espagne (résine de cannabis), de Hollande ou de Belgique, voire d’Amérique du Sud via l’Afrique (cocaïne, héroïne), la plupart de ces groupes gèrent des dossiers lourds comportant notamment une multitude de surveillances techniques.
 
 La brigade du proxénétisme (un groupe), chargé de lutter contre les filières organisées d’exploitation de la prostitution, les principaux réseaux étant animés par des malfaiteurs bulgares ou roumains, et une moindre mesure africains.
 
 
 
 
 - La Documentation Opérationnelle : tenue par deux fonctionnaires administratifs qui sont chargées de saisir dans les différents fichiers informatiques toutes les informations parvenant au service.
 
 
 
 
 - Le Bureau de Liaison : il traite l’ensemble du courrier international de la division (demandes de renseignements émanant des pays étrangers).
 
 
 
 
 - La Cellule Technique : un fonctionnaire gère, en liaison avec tous les opérateurs et prestataires de services en matière de téléphonie, la totalité des écoutes judiciaires du Service.
 
 
 
 
 
 
 . La Division Economique et Financière du S.R.P.J. de Lyon, dirigée par deux commissaires de police, comprends 5 groupes. Quatre de ces groupes ont une vocation généraliste, le cinquième groupe est spécialisé dans les infractions de faux monnayage et de contrefaçon de carte bancaire .En outre, trois inspecteurs des impôts composent le groupe régional d’enquêtes économiques (G.R.E.E.).
 
 

Le Groupe d’Intervention Régional (GIRGroupe d'intervention régional) est dirigé par un commissaire principal ayant comme adjoint un chef d’escadron.
 
 Le G.I.R. RHONE ALPES n’est saisi que de dossiers avalisés par le comité d’arbitrage régional qui se réunit environ tous les 6 mois (2 à 3 comités par an), composé du Préfet de Région, du Préfet délégué à la sécurité et la défense, des 4 procureurs généraux ( cours d’appel de Lyon, Grenoble, Chambéry, Nîmes), du D.I.P.J. et du chef G.I.R..
 
 
 23 dossiers sont actuellement en compte au G.I.R. RHONE ALPES.
 
 
 

 La Brigade de Recherches et d’Intervention dirigée par deux commissaires. Elle intervient pour le compte de l’ensemble de la D.I.P.J., et ponctuellement en appui opérationnel du S.R.P.J. de Clermont-Ferrand.
 Statutairement, la B.R.I. est une antenne de l’office central de lutte contre le crime organisé (O.C.L.C.O.), mise à disposition du directeur interrégional dont elle constitue l’une des structures opérationnelles essentielles.
 Aux termes de l’arrêté de création, la B.R.I. est chargée de « détecter, surveiller et arrêter les malfaiteurs qui ont commis, commettent ou se proposent de commettre des actes de banditisme…, vol à main armée, enlèvement, association de malfaiteurs, extorsion de fonds… ».
 Cependant, depuis maintenant de nombreuses années, la B.R.I. a su élargir ce créneau traditionnel pour tenir compte des évolutions criminelles, marquées par l’importance grandissante des trafics très lucratifs vers lesquels se tournent désormais les malfaiteurs (stupéfiants, maquillage de voitures, fausse monnaie…).
 Elle peut être amenée à apporter son concours à la lutte contre le terrorisme.
 
 Afin de mieux couvrir son ressort territorial étendu, la D.I.P.J. dispose en outre de 5 antennes :
 
 
 - Les antennes des Savoie sont placées généralement sous la direction d’un commissaire principal, elles sont installées à Annecy et à Chambéry, siège de la cour d’appel. Cette antenne est compétente sur les deux départements de la Savoie et de la Haute-Savoie.
 L’activité liée à la criminalité transfrontalière organisée est en constante augmentation. Cette évolution se traduit par une coopération soutenue avec les différents services frontaliers, notamment avec la Police Cantonale de Genève.
 
 
 
 - L’antenne de Grenoble, dont le ressort s’étend au département de l’Isère. Elle est installée dans une ville ayant encore un milieu délinquant structuré. Elle est composée d’une section criminelle et d’un groupe financier.
 
 
 
 - L’antenne de Valence, située sur un point névralgique (axe Paris – Lyon - Marseille), est compétente sur les départements de la Drôme et de l’Ardèche.
 
 Elle constitue un élément nécessaire au dispositif régional de police judiciaire sur l’axe rhodanien.
 
 
 
 - L’antenne de Saint Etienne, véritablement créée en septembre 2003.
 
 Point de contact naturel avec le S.R.P.J. de Clermont-Ferrand, elle se situe dans un secteur très actif de délinquance où le banditisme est bien implanté.
 
 
 

Le S.R.P.J. de Clermont-Ferrand comporte :
 
 
 - une division administrative,
 - une division criminelle,
 - une division économique et financière dirigée par un commandant à l’emploi fonctionnel,
 - une division de police technique. Elle regroupe le S.R.I.J., le S.R.D.C., le service régional de l’information et le groupe informatique et des traces technologiques.